« La Reine des neiges »,
libérée des fondamentaux de la traduction ?

Largement inspiré du conte éponyme du
dramaturge danois Hans Christian Andersen (Sneedronningen
dans sa version originale), le film d’animation La Reine des neiges (Frozen
dans sa version originale américaine) est ni plus ni moins le plus grand succès
de tous les temps pour un film d’animation et le cinquième plus grand succès de
tous les temps au box-office. Excusez du peu !

La chanson originale du film, « Let
it go », magistralement interprétée en anglais par la chanteuse américaine
Idina Menzel (qui a remporté deux Grammy Awards grâce à cette interprétation)
est elle aussi devenue un succès planétaire, traduit en 43 langues. L’adaptation
française, « Libérée, Délivrée », interprétée par la chanteuse française
Anaïs Delva, est également arrivée en tête des charts en France.

Énormément d’articles ont été écrits
pour expliquer l’incroyable succès du film et de sa chanson originale. Parmi
les raisons citées, outre une mélodie très intelligente et une tension
progressive et haletante, il y a la force du texte. L’évocation des images,
l’atmosphère, les mots, tout y a été minutieusement pesé, pensé. Un chef-d’œuvre
de cohérence lexicale et sémantique, qui nous emmène dans un passionnant voyage, à la rencontre
d’un univers de glace, sur fond de libération et de délivrance.

Alors que de nombreuses traductions
sont parvenues à reproduire cette atmosphère magique, force est de reconnaître
que la version française est loin d’être un modèle du genre.

En dehors de la splendide trouvaille
du refrain « Liberée, délivrée » (« let it go, let it go »), qui remplit
parfaitement son rôle de frappe-mémoire et qui sauve ainsi la mise, il convient
surtout d’admettre que les paroles sont empruntes d’une série de ruptures lexicales et sémantiques
qui font honte aux fondamentaux de la traduction créative et évocatrice. Sans
parler des nombreux éléments de sens essentiels qui sont passés sous silence.

Un exemple ? La traduction de la
phrase « I don’t care
what they’re going to say », traduite par « J’ai laissé mon enfance en été
». Outre la lourde perte de sens (qui n’est pas compensée ailleurs dans la
chanson), ce choix de traduction se place en rupture totale avec le champ
lexical de la chanson et l’atmosphère qui y est créée. Alors que nous avançons
progressivement dans la neige, l’obscurité et le froid, accompagnant Elsa dans sa
quête de délivrance et de libération, le texte français nous expulse littéralement
de cet univers en évoquant le soleil et la chaleur ! Un
manque de cohérence lexicale et sémantique pour le moins indigne d’un chef-d’œuvre
de ce rang. D’autant que ce cas est loin d’être isolé. Analyse.

Let it go

Libérée, délivrée

Traduction littérale de l’originale

Commentaires de traduction

Suggestion de version modifiée

1

The snow glows white on the mountain tonight,

L’hiver s’installe doucement dans la nuit

Ce soir, la neige éclaire la montagne de sa
blancheur,

Substitution des idées de brillance et de pureté de
la neige (phr 1) et de calme et de solitude (phr 2) – traduction éloignée, mais
l’effet est préservé. L’idée de blancheur scintillante de l’anglais aurait pu
être reproduite, car le français n’offre pas la même richesse visuelle avec
son plus abstrait « la neige est reine à son tour ».

La neige scintille doucement dans la nuit,

2

not a footprint to be seen.

La neige est reine à son tour.

Pas la moindre trace de pas en vue.

L’hiver dévoile ses atours

3

A kingdom of isolation and it looks like I’m the
queen.

Un royaume de solitude, ma place est là pour
toujours

Un royaume de solitude et je semble en être la
reine.

Renforcement inutile de l’idée de solitude éternelle
en français. Le concept de reine a déjà été utilisé précédemment et passe
donc ici à la trappe. Dommage.

Royaume de solitude, j’accède à ma cour

4

The wind is howling like this swirling storm inside.

Le vent qui hurle en moi ne pense plus à demain

Le vent hurle en moi comme une tempête qui
tourbillonne.

Suppression de l’image du tourbillon, qui était dans
le même champ lexical que le vent hurlant et la tempête qui se prépare.

Un vent hurle en moi, un souffle lointain

5

Couldn’t keep it in, Heaven knows I tried.

Il est bien trop fort, j’ai lutté, en vain

Je ne pouvais plus le garder en moi, le Ciel sait
combien j’ai essayé

Évocation religieuse supprimée. « Lutter en vain »
est en revanche une belle trouvaille. L’effet est préservé.

Il est bien trop fort, j’ai lutté, en vain

6

Don’t let them in, don’t let them see.

Cache tes pouvoirs, n’en parle pas

Ne les laisse pas entrer, ne leur montre pas

Le français est plus explicite, mais l’effet est
également préservé.

Cache tes pouvoirs, n’en parle pas

7

Be the good girl you always have to be.

Fais attention, le secret survivra

Sois la fille gentille que tu te dois d’être.

L’idée d’obéissance a été totalement supprimée. Suppression
assez préjudiciable, qui n’est pas compensée par la suite.

Deviens celle qui leur plaira

8

Conceal, don’t feel, don’t let them know.

Pas d’états d’âme, pas de tourments

Garde le secret, ne ressens pas, ne leur dis rien

Ce n’est pas parce qu’elle ne peut pas exprimer ses
sentiments, qu’elle n’en a pas. Choix de termes contestable, qui empêche la
bonne compréhension du message.

Tant de mystères, de mots cachés

9

Well, now they know!

De sentiments

Mais maintenant, ils savent !

Le message a aussi été supprimé, ce qui éloigne
encore un peu plus le public de la signification principale de la chanson.

Maintenant sachez !

10

Let it go, let it go!

Libérée, Délivrée

Laisse-toi aller, laisse-toi aller !

Magnifique trouvaille, qui sauve toute la chanson.
Le « let it go » contient plusieurs significations, mais toujours cette idée
de libération, de délivrance. L’idée a d’ailleurs été reprise par les
mouvements gays et lesbiens, où la chanson est presque devenue un hymne à la
gloire du « coming out ».

Libérée, Délivrée

11

Can’t hold it back any more.

Je ne mentirai plus jamais

Je ne peux plus le contenir (mon secret)

Idée de mensonge ajoutée. Choix malheureux, car il
évoque un tout autre champ lexical. « Je ne mentirai plus jamais » fait
penser à une petite fille qui s’en veut d’avoir menti, qui se repentit, alors
que l’anglais reste dans l’idée de la délivrance irrépressible.

Je ne peux plus le garder

12

Let it go, let it go!

Libérée, Délivrée

Laisse-toi aller, laisse-toi aller !

Voir ligne 10

Libérée, Délivrée

13

Turn away and slam the door.

C’est décidé, je m’en vais

Retourne-toi et claque la porte.

L’image visuelle est préservée.

Partir sans me retourner

14

I don’t care what they’re going to say.

J’ai laissé mon enfance en été

Je me fiche de ce qu’ils diront

Choix presque catastrophique, puisqu’on sort
totalement du champ lexical de l’hiver, de la solitude et de la délivrance
avec cet « été ». et ses connotations de soleil et de chaleur. Cette rupture
lexicale anéantit tout.

Je n’ai que faire de leurs lumières

15

Let the storm rage on.

Perdue dans l’hiver

Que la rage de la tempête perdure

Choix contestable, on perd l’idée de rage et de
combat intérieur.

Tourbillon de neige

16

The cold never bothered me anyway.

Le froid est pour moi, le prix de la liberté.

De toute façon, le froid ne m’a jamais dérangée

Jolie tournure en français, mais on perd peut-être
un peu de la signification ! Le « froid » évoqué ici fait à la fois référence
à la glace, mais aussi à l’attitude des autres, dont elle se fiche (phrase
14). En français, cette idée n’est pas claire, surtout à cause de la perte de
cet élément de sens à la ligne 14.

Je reste reine dans le froid de l’hiver

17

It’s funny how some distance,

Quand on prend de la hauteur

Il est fou de voir comment un peu de distance

Bonne traduction, l’idée de hauteur est un bon
choix, qui reste dans le bon champ lexical.

Quand on prend de la hauteur

18

makes everything seem small.

Tout semble insignifiant

Rend tout insignifiant

« Insignifiant » : très bon choix, car identiquement
polysémique.

Tout semble insignifiant

19

And the fears that once controlled me, can’t get to
me at all

La tristesse, l’angoisse et la peur m’ont quittée
depuis longtemps

Et les peurs qui m’ont contrôlée un jour ne peuvent plus
m’atteindre

Trois mots au lieu d’un seul, mais l’effet est assez
bien préservé.

La tristesse, l’angoisse et la peur m’ont quittée
depuis longtemps

20

It’s time to see what I can do,

Je veux voir ce que je peux faire

Le moment est venu de voir ce que je peux faire

Choix littéral, qui rend moyennement en français.

Je veux voir ce que je peux faire

21

to test the limits and break through.

de cette magie pleine de mystères

Pour affronter les limites et les dépasser

Belle formule, mais on perd toute la signification !
L’idée de dépasser ses barrières (de se libérer) passe encore une fois à la
trappe pour une autre évocation, absente de l’originale.

Lutter, surmonter mes barrières

22

No right, no wrong, no rules for me.

Le bien, le mal je dis tant pis

Plus de bien, plus de mal, plus aucune règle pour
moi.

Avec ce « tant pis », on ajoute une idée de
résignation plutôt négative qui est l’opposé du message positif de délivrance
véhiculé en anglais. Ajout très contestable.

Le bien, le mal, plus d’équilibre

23

I’m free!

Tant pis.

Je suis libre !

Phrase très forte en anglais, qui résume toute la
chanson ! Le français passe totalement à côté avec ce « tant pis », qui donne
une idée bien différente, voire opposée.

Je suis libre !

24

Let it go, let it go.

Libérée, Délivrée

Laisse-toi aller, laisse-toi aller !

Voir ligne 10

Libérée, Délivrée

25

I am one with the wind and sky.

Les étoiles me tendent les bras

Je ne fais qu’un avec le vent et le ciel

Version plus poétique, mais on perd l’idée du vent,
qui était dans le même champ lexical.

Les étoiles me tendent les bras

26

Let it go, let it go.

Libérée, Délivrée

Laisse-toi aller, laisse-toi aller !

Voir ligne 10

Libérée, Délivrée

27

You’ll never see me cry.

Non, je ne pleure pas

Vous ne me verrez jamais pleurer

Traduction fidèle et belle trouvaille.

Non, je ne pleure pas

28

Here I’ll stand, and here I’ll stay.

Me voilà! Oui, je suis là!

Je me dresse ici et j’y resterai

Encore une fois, on perd des nuances, notamment ici
de grandeur et de persévérance

Me voilà ! Oui, je suis là !

29

Let the storm rage on.

Perdue dans l’hiver

Voir ligne 15

Tourbillon de neige

30

My power flurries through the air into the ground.

Mon pouvoir vient du ciel et envahit l’espace

Mon pouvoir ébranle l’air et fend le sol

On perd ici l’idée d’agitation et de chaos pour une
traduction finalement assez plate.

Mon pouvoir s’envole et envahit l’espace

31

My soul is spiraling in frozen fractals all around

Mon âme s’exprime en dessinant et sculptant dans la
glace

Mon âme est emportée dans une spirale omniprésente
de fragments de glace

Encore une fois, on perd l’idée d’agitation pour une
image tronquée, plus paisible, cérébrale (dessiner, sculpter)

Mon âme s’emporte dans un château de glace

32

And one thought crystallizes like an icy blast

Et mes pensées sont des fleurs de cristal gelées.

Et une pensée se cristallise comme un souffle glacé

Idée florale non présente dans l’originale qui
s’écarte encore du champ lexical.

Et mes pensées fuient dans un souffle de cristal gelé.

33

I’m never going back; the past is in the past!

Je ne reviendrai pas. Le passé est passé!

Je ne reviendrai pas. Le passé est passé!

Version littérale qui fonctionne

Je ne reviendrai pas. Le passé est passé !

34

Let it go, let it go.

Libérée, Délivrée

Laisse-toi aller, laisse-toi aller !

Voir ligne 10

Libérée, Délivrée

35

And I’ll rise like the break of dawn.

Désormais plus rien ne m’arrête

E je m’élèverai comme se lève le point du jour

Réécriture totale. On perd l’idée de renaissance.

Je m’élève comme un nouveau jour

36

Let it go, let it go

Libérée, Délivrée

Laisse-toi aller, laisse-toi aller !

Voir ligne 10

Libérée, Délivrée

37

That perfect girl is gone

Plus de princesse parfaite

La petite fille parfaite n’est plus

Version plus ou moins littérale, mais où la petite
fille sage est remplacée par une princesse.

De ma vie sage, sans retour

38

Here I stand, in the light of day.

Je suis là! Comme je l’ai rêvé!

Me voilà, dans la lumière du jour.

Reprise de la ligne 34, qu’on a hélas perdu.

Je suis là! Comme je l’ai rêvé !

38

Let the storm rage on!

Perdue dans l’hiver

Que la rage de la tempête perdure

Voir ligne 15

Tourbillon de neige

39

The cold never bothered me anyway…

Le froid est pour moi le prix de la liberté.

De toute façon, le froid ne m’a jamais dérangée

Voir ligne 16

Je reste reine dans le froid de l’hiver